TITRE_2B.jpg

En Guadeloupe, je développe mes projets artistiques depuis 2010, année de création de l’association Back Art Diffusion.                                     

Mon travail trouve ses empreintes dans mon récit de vie. Le témoignage personnel fait partie d’un enjeu volontaire pour saisir la complexité des identités et s’opposer au déni. J’identifie et je relie les mémoires de la petite et de la grande histoire, comme acte politique et poétique dans mon processus de recherche. Les opportunités de rencontres artistiques forment pour moi un espace de pensée, à saisir. Un croisement incontournable, vecteur déclencheur et transmetteur dans lequel l’action et l’agir prennent leur cohérence. Sensible aux inégalités sociales et à l'entrecroisement des oppressions, mes réflexions s’appuient sur le concept de l’intersectionnalité.

                                           

Je crée en 2011 le duo Alé é rivé, lauréate du concours des chorégraphes émergents dans les caraïbes ; 2012, la pièce Mika, heure locale ; 2014, je co-signe avec la chorégraphe martiniquaise Marlène Myrtil la pièce Principe de précaution, dans laquelle l’urgence d’une conscience collective écologique s’impose.

En 2016, Je collabore avec Anne Meyer, chorégraphe et Guy Gabon, plasticienne. Notre projet Yué # sororité invite une vingtaine de femmes à co-écrire une performance autour de la notion de départ. Les témoignages de ces femmes de Guadeloupe, Guyane et Miami, m’ont fasciné. Elles m’ont placé face à mon « je » et engagé sur le chemin de la création Cover.

 

« L’expérience et la prise de parole unique

et singulière est celle de tout le monde. »

Audre Lorde